En République démocratique du Congo, le passé des gardiens de maison de Goma

Sharing is caring!

 Ces cinq dernières années, la ville de Goma a assisté à la prolifération des maisons des gardiennages. Leur mission est importante : ils doivent veiller à la sécurité des biens et des personnes au sein de la ville. Leur passé cache des vérités aussi alarmantes que révoltantes.

Un agent de gardiennage​

Par Jean-Fraterne Ruyange

L’inefficacité des forces de l’ordre

L’armée et la police congolaise ne sont pas connus pour la protection des biens et des personnes dans la ville de Goma. Au sein de la population, l’armée et les forces de l’ordre sont considérés comme les plus redoutables prédateurs. Une légion d’actes illustrant cette affirmation peut vous être donnée même par le plus aliéné des habitants de Goma.

Nous n’y revenons pas ici pour vous épargner une litanie des faits aussi macabres que révoltants comme celui qui a vu le jour dernièrement sur le site du festival Amani où nous avons assisté au meurtre commis d’un artiste par un agent de la police. Impossible de leur faire confiance.

Un asile contre le chômage ou l’irresponsabilité de l’Etat ?

La quasi-absence de l’Etat dans le secteur de création de l’emploi expliquerait aussi cette prolifération des maisons de gardiennages. 50 000 emplois aurait été créés chaque année en RDC entre 2011 et 2015, selon le gouvernement. C’est en effet un moyen pour quelques hommes d’affaires d’investir dans le désespoir des jeunes chômeurs désœuvrés qui se retrouvent sans emploi après l’obtention de leurs diplômes. C’est comme si ce job remplissait à un certain niveau le rôle de l’Etat, malheureusement au détriment de la jeunesse qui s’y emploie.

Ce business qui devait assurer la survie de ces jeunes sans emploi s’avère être de plus en plus un terrain d’exploitation et de manipulation. Alors que les patrons de ces maisons gardiennes perçoivent une somme consistante auprès des clients, ils ne paient, cependant, aux gardiens qu’une somme modique très en-dessous du SMIC, ne leur permettant pas de vivre correctement.

La sacralisation d’une bassesse d’esprit

Il n’y a pas  longtemps, dans la ville de Goma, ce métier de gardiennage était réservé aux personnes de troisième âge, communément appelés « Zamu » qui n’ont plus la force et les atouts nécessaires pour s’employer à autre chose.
Ils se sont retrouvés sans emploi suite au gardiennage qui apporte du sang neuf, prétendu vigoureux, dans le secteur. Actuellement ce sont des jeunes, et qui plus est diplômés, qui sont réduits aux « Zamu ». Il semblerait même que la détention d’un diplôme de licence soit devenue un des critères pour être admis dans ce service. Et comme dans tous les autres secteurs de la vie, d’ailleurs, ce ne sont même pas tous les jeunes diplômés qui accèdent à ce job. Le critère de sélection basé sur le tribalisme y impose aussi son véto.

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*