Technologie vs orthographe : La langue de Molière pervertie

Sharing is caring!

Faire du monde un village, voilà le succès spectaculaire de l’essor technologique. Que nous soyons dans une même ville ou dans différents continents, nous avons la possibilité de nous parler sans nous rencontrer physiquement. Le virtuel a facilité la correspondance et, avouons-le, il l’a aussi frelaté.

Orthographe-technologie-textos-sms

Un jeune accroc accroc aux réseaux sociaux

Jadis, une correspondance charmante

Notre génération n’a pas eu la chance de vivre ce moment où la correspondance était vénérée jusqu’à être l’un des piliers du romantisme. Pour faire la cour, il fallait sortir sa plus belle plume, recourir à la poésie la plus charmante de Hugo ou Lamartine, tenter les mots d’amour les plus envoutants… Avec autant d’astuces et précautions, pas l’ombre d’un doute que le dictionnaire soit le compagnon le plus proche à cette époque.

Et comme si cela ne suffisait pas, pour conquérir le ressenti du destinataire, il faillait parfumer sa lettre, l’expédier dans une enveloppe avec le dessin le plus fascinant qui soit et que sais-je encore. C’était l’apogée des lettres, la sacralisation de la parole. La séduction, tout comme la conviction d’ailleurs, reposaient sur une expression écrite bien soigné.

Même dans le monde professionnel, en plus de la richesse de son CV, une lettre de motivation manuscrite – écrit à la main – était impérative pour jauger les capacités d’un requérant à un poste quelconque. La parole valait son pesant d’or, elle était l’échelle de mesure de l’intelligence et du discernement.

A lire aussi >>>>> La séduction en ligne et le harcèlement des jeunes filles sur Facebook

Et la technologie se révéla

Aujourd’hui tout va plus vite, la technologie a tout fait basculer. Des simples textos, aux posts sur les réseaux sociaux, il faut raccourcir son texte. Être le plus synthétique possible pour écrire peu et dire plus, tel est le secret de la correspondance technologique.

« 10 m3 ckil ta 10 kar gv l8 rmtr ca dmé » (Dis-moi ce qu’il t’a dit car je dois lui remettre ça demain) ; « 7×6 tu vi1 ojourd8 » (Cette fois-ci tu viens aujourd’hui) ; « tkt j’t kif » (T’inquiètes je te kiffe). Avec la contrainte de la page alphanumérique des téléphones portables et de certains réseaux sociaux comme Twitter, il faut apprendre à condenser les mots au mieux.

Les chiffres font désormais parti de l’alphabet et la communication est sans détour, cependant, l’orthographe est, quant à elle pervertie. Ses règles et ses principes sont outragés par les requis de l’écriture technologique.

L’orthographe est en péril, c’est vraiment mon constant car, dit-on, l’habitude est une seconde nature. Amputer les mots en y intégrant des chiffres conduira à la longue à l’oublie de l’orthographe correcte du français.

En RDC, le niveau du français est au rabais depuis longtemps chez les jeunes car ils ne lisent pas. Le phénomène « texto » est venu empiré les choses que cette situation devient inquiétant. Molière serait, sans doute, très agacé s’il assistait à cette mésaventure que la technologie fait subir à sa langue…

Sharing is caring!

Une réflexion sur “Technologie vs orthographe : La langue de Molière pervertie

  1. personnellement,je n’apprécie guère la déformation de la langue de Molière provoquée par le fait d’abréviation vraiment mal venu.Les gens qui ne savent pas parler correctement cette langue profitent de cette activité à la mode malheureusement très répandue.A quoi servirait aujourd’hui la dictée dans nos écoles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*