Lettre à Rémy NGONO : Joseph KABILA reste le président de la RDC

Sharing is caring!

Cher Monsieur Rémy Ngono, je m’intéresse à vos réflexions sur l’Afrique et sur ses questions des sociétés. Votre verbe est fulgurant. Cependant, il me semble de plus en plus déplacé, en ce qui concerne mon pays, depuis les élections du 30 décembre dernier.  Voici le fondement de mon inquiétude

De prime à bord, je tiens à vous rassurer : je ne suis qu’un jeune blogueur. Sans autant de notoriété que vous dans l’espace publique. D’ailleurs, je ne suis pas très sûr que ma lettre vous parvienne. Mais si jamais c’est le cas, je serai heureux de lire votre réponse, même en commentaire.

kabila-tshisekedi-alternance-rdc

Joseph Kabila, président de la RDC 2001-2018
Photo: Wikicommons

Mon inquiétude tient justement à la notoriété dont vous jouissez : je pense à la pluralité de jeunes africains qui, comme moi, vous prennent pour un modèle, un exemple et un leader à suivre.

Sur le cas précis de la RDC, en effet, je crois que les publications sur votre site « Coups Francs » sont en déphasage total avec la réalité. Laissez-moi vous éclairer cela en trois points :

  1. Un changement dans le régime diffère d’un changement de régime

C’est une série dont le titre le mieux adapté est « un imposteur peut en cacher un autre ».  S’il y a des Congolais qui s’acharnent à réclamer la vérité des urnes, ce n’est pas qu’ils témoignent de la haine en la personne du président « élu ». C’est simplement qu’ils sont conscients qu’un État de droit n’est ni bidouillage ni compromission. En tant que citoyens, c’est le peuple que nous défendons et non des personnes. C’est pour les valeurs démocratiques que nous nous battons pour redorer la mère patrie qui nous a vus naître.

Les Congolais ont affaire à la plus grosse escroquerie électorale que seuls les ennemis du Congo feront passer pour de la haine. Nous avons assisté à un hold-up électoral, une escroquerie sans nom. Les Congolais étaient sur le point de vaincre les fantômes de leur histoire mais c’est encore 5 ans qu’ils vont amèrement consommer en otage.

Dans le cas de figure, le Congo va connaître l’alternance au pouvoir mais pas l’alternance politique. Or, pour mener des réformes structurelles, il faut l’alternance politique. Il faut forcément cette alternance politique pour gouverner autrement.

Imaginez un peu François Hollande qui continue à occuper les Champs Élysées après l’investiture de Macron qui, lui, va diriger la France à partir du Quai d’Orsay. Voilà c’est ce qui se passe au Congo : l’ex-président continue à occuper la résidence officielle du président de la République. C’est qui le boss ?

Bien plus, comment expliquer qu’un regroupement politique avec moins de 20% des voix aux présidentielles peut se retrouver avec plus de 70% des voix aux législatives que ce soit nationales et provinciales ?

Tshisekedi risque de se retrouver avec un bureau mais sans pouvoir. Comment fera-t-il passer une loi alors que le pouvoir législatif n’est pas de son côté ? Pire encore, dans les arrangements particuliers qui ont favorisé sa nomination, Tshisekedi a hypothéqué les pouvoirs régaliens : la primature, la défense nationale, la justice et les finances. Finalement à quoi va lui servir cette présidence ? Et où se trouve l’intérêt du peuple dans tout ça ?

  1. Tshisekedi n’est pas un président élu, c’est un président nommé
tshisekedi-president-nomme

Des agent de la CENI portant une urne dans un bureau de vote
Photo: Flickr

C’est difficile de nous accorder tous sur qui a remporté les élections. Soyons au moins d’accord que la publication des résultats bureau par bureau est impérative.  Cela rendrait cette supposée victoire de Tshisekedi plus transparente et mettrait tout le monde à l’aise. Je ne sais pas dans quel pays au monde se disant démocratique, on donne des résultats globaux des élections sans faire état des résultats partiels.

Kabila est un fin stratège. Mieux que Mobutu, il ne tue pas ses opposants mais il les manipule très bien. Nous avons voté sous la lumière du jour, Tshisekedi a été proclamé vainqueur nuitamment par la CENI. Et la cour constitutionnelle qui est venu mettre le coup du KO, l’a aussi fait dans les ténèbres. Ce qui démontre suffisamment qui la vérité des urnes s’est fait éclipsée.

Voilà une situation délicate dans laquelle est plongé le peuple congolais. La situation sera encore pire que sous le règne de Kabila. Thisekedi va certainement régner mais il ne va pas gouverner, à l’image du président allemand. D’ailleurs, pour commencer, c’est l’ex-président, réticent, qui aurait sélectionné les présidents invités à l’investiture de son successeur.

Tout le pouvoir reste concentré entre les mains du président fabricateur, le président fabriqué n’aura que l’ombre du pouvoir. Si Kabila a nommé Tshisekedi c’est parce qu’il a vu en lui un homme plus manipulable que le réel vainqueur des élections. D’ailleurs, si Tshisekedi aurait gagné pour quoi a-t-il négocié ?

  1. Le peuple a voté et KABILA a élu

A quoi ça sert la démocratie si ce n’est à exprimer la volonté du peuple qui est le souverain premier dans un État de droit ? A quoi ça sert l’alternance politique si elle ne reflète pas la vérité des urnes ? Ce qui me ronge le cœur c’est le fait de voir comment les maux du pays doivent s’expliquer par l’égoïsme de certains acteurs politiques. L’histoire jugera très sévèrement ces acteurs qui, une fois de plus, sont dans des calculs personnels.

Le feu Étienne Tshisekedi criait toujours haut et fort « Le peuple d’abord ». Actuellement Félix vient de piétiner la mémoire de son père en montrant à la face du monde que c’est ses intérêts personnels d’abord. La volonté du peuple, les valeurs démocratiques, tout cela vient après.

Si les Congolais se sont laissé faire en allant à ces élections malgré toute la tricherie qui a été organisé derrière c’était dans l’espoir de sanctionner ce semblant de démocratie qui les a plongés dans le désespoir. Alors que c’était déjà une mission accomplie, il y a une « alternance » qui donne l’impression d’un pays faisant un bond vers l’inconnu.

Nous autres Congolais, savons transcender nos ressentiments afin d’œuvrer pour l’apaisement. Nous savons combien notre pays en a besoin pour panser les plaies de ces élections truquées et se projeter vers l’avenir. Il convient, cependant, de diagnostiquer la vraie cause de ses plaies afin de prescrire les médicaments qu’il faut…

Kabila n’est pas parti tête haute comme il le prétend. Et il n’est pas non plus un exemple pour qui que ce soit. Que ce soit pour les autres dictateurs africains, que ce soit pour la jeunesse. Il est parti parce que le peuple le lui a obligé. Il n’y a pas longtemps il donnait l’ordre de tirer à balles réelles sur les manifestants. Il les a traqués jusque dans des églises et des hôpitaux. Ce combat du peuple a coûte la vie aux bébés dans des maternités…

L’Union Africaine, l’Union Européenne, la France et les États-Unis auront beau prendre acte de ce vol du siècle, nous en prenons aussi acte. Cependant, quand il y a une partie de l’Afrique qui subit une telle atrocité, en tant que dignes fils du continent, nous devons hausser le ton pour le décrier et le dénoncer. Comme l’ont fait les pères de nos indépendances, l’esprit panafricain dans nos âmes des patriotes. C’est ainsi que nous parviendrons à imposer au monde l’image d’un Afrique que nous voulons pour notre progéniture.

Sharing is caring!

Une réflexion au sujet de « Lettre à Rémy NGONO : Joseph KABILA reste le président de la RDC »

  1. Je suis très surpris par votre article cher monsieur. D’abord je suis l’un des fervents réclameurs de la vérité des urnes et je ne soutiens pas Félix mais dire que Kabila reste et règne c’est ignorer ce q’est le champ politique de la RDC. KABILA appartient désormais dans la triste histoire de notre pays et ne règne plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *