5 choses à retenir du parcours de Joseph Kabila à la tête de la RDC

Joseph Kabila a été président de la République Démocratique du Congo pendant 17 ans. Depuis sa réélection, en 2016, il a été soupçonné de vouloir briguer un troisième mandat, en violation de la constitution du pays. A l’issu du dépôt des candidatures pour les présidentielles de décembre 2018, il a renoncé tacitement à se représenter pour désigner Emmanuel Ramazani Shadari candidat du FCC, le Front Commun pour le Congo dont il est l’autorité morale. Voici ici cinq choses à retenir de son parcours à la tête de la RDC.

Kabila-president-rdc-elections

Joseph Kabila, président de la RDC
cc: Flickr

Par Jean-Fraterne Ruyange

  1. Joseph Kabila a grandi en exil en Tanzanie

Alors que son père dirigé une rébellion contre le régime dictatorial de Mobutu dans le maquis de Fizi au Sud-Kivu, la légende raconte que Kabila aurait été chauffeur de taxi en Tanzanie. Quand son père, le mzée Laurent-Desiré Kabila renverse Mobutu en 1997, Joseph Kabila est envoyé en Chine pour une formation militaire. Dès son retour au pays, il est élevé au grade de Général Major.

  1. Joseph Kabila a accédé au pouvoir à 29 ans

Après que son père Laurent-Désiré Kabila a été assassiné par l’un de ses garde-corps, en janvier 2001, Joseph Kabila a pris les manettes de la République. Il jouissait alors de la même côte de popularité que feu son père, le combattant de la liberté.

  1. Joseph Kabila est devenu très impopulaire en RDC

Il est réputé pour sa capacité à répondre brutalement aux manifestations pacifiques. Des dizaines de personnes ont été tuées dans des manifestations demandant sa démission, dès 2016. C’est surtout sa politique de discrétion qui a fait réagir le peuple car plusieurs doutes ont planés quant à son avenir politique. Son penchant pour les actions surprises ne s’effacera pas facilement des mémoires des Congolais.

  1. Joseph Kabila est protégé par une force de 40000 gardes présidentiels

Par la démonstration de sa force de frappe militaire, il a surtout semé la peur dans le fief des membres de l’opposition et la terreur au sein de la population. 1 400 000 Congolais se sont déplacés depuis  2016. Plus de 3 000 sont morts dans les provinces de Kasai oriental et occidental, et d’innombrables victimes ont été enregistrées dans le territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu. Cela fait suite aux conflits entre les forces gouvernementales d’une part, aux dissidences ou encore aux rébellions contre le pouvoir de Joseph Kabila d’autre part.

Les Nations-Unis ont découvert 80 fosses communes et ont rapporté que les pires atrocités ont été commises par les forces gouvernementales.

  1.  Kabila et sa famille contrôlent des puissantes industries

A travers le pays, la famille présidentielle gère de puissantes industries, y compris les mines, les carrières de diamants et la délivrance de plaques d’immatriculation des véhicules. Le président Kabila possède aussi plus de 71 000 hectares de terres agricoles. La pression a augmenté contre Kabila, mais il s’est montré trop puissant pour être mis à l’écart, jusqu’à ce qu’il le décide de s’y mettre lui-même.

Malgré ces deux dernières années où il s’est maintenu au pouvoir en dehors de son mandant constitutionnel, le sixième point que j’aurais ajouté à ce billet serait que « l’histoire retiendra que Kabila est le père de la démocratie en République Démocratique du Congo ». Cependant, comme je sais que la plupart des Congolais ne s’accorderont pas sur ce point avec moi, surtout à cause des points cités précédemment, je fais taire cet autre aspect des choses.

Il faut désormais payer une taxe de 200 shillings par jour pour accéder aux médias sociaux en Ouganda

Hier, je me réveille tôt le matin et, comme toujours, j’active les données mobiles de mon téléphone avant de sortir du lit, question de consulter mon mail et passer des petits coucous aux amis via WhatsApp… mais en vain. Qu’est-ce qui se passe ? Aucune idée. Je désactive les données mobiles, puis je m’en vais prendre la douche avant de retenter quelques minutes plus tard, mais toujours rien.

Par un heureux hasard, j’essaie d’ouvrir Google, et oups… la page d’accueil Google se recharge sans contrainte. Jusque-là, je ne savais pas que l’accès aux réseaux sociaux en Ouganda, où je séjourne depuis 3 semaines déjà, est désormais conditionné par le payement d’une taxe de 200 shillings, soit 0.05 dollars US. Il faut avouer que je ne m’intéresse pas trop à l’actualité du pays de Museveni, surtout que c’est la coupe du monde, mais aussi, il se passe beaucoup des choses chez nous en RDC.

Quand j’ai vu que je pouvais accéder à la page d’accueil de Google et mener des recherches sans problème, m’est directement venu à l’esprit l’idée d’installer le VPN et hop ! Me voilà de retour sur les réseaux sociaux. Tout Congolais qui se respecte doit avoir un tel réflexe car au pays, nous sommes souvent soumis aux coupures et censures de l’internet. Cela m’a aussi rappelé une blague selon laquelle « pour embaucher un Congolais il ne faut jamais lui demander une expérience car la vie au Congo doit être mentionné sur le CV de chaque congolais. »

Une mesure économique ?

L’Ouganda se serait inspiré des services Cloud comme Amazon ou Azure de Microsoft qui ont généré respectivement 12 milliards et 7 milliards de dollars en 2017. En voyant le chinois Alibaba lancer aussi son service Cloud, l’Ouganda s’est dit qu’il est hors des questions de limiter l’internet aux réseaux sociaux alors qu’il est un enjeu économique considérable. Bah, au fait, ça c’est ce que je pense dans ma tête.

En effet, selon le budget de l’exercice 2018/2019, le gouvernement ougandais s’attend à recueillir environ 400 milliards de dollars par an auprès des utilisateurs des médias sociaux.

La réaction des internautes ougandais

Je ne suis pas le seul à avoir pensé aux VPN en Ouganda. Quelques heures seulement après l’introduction de la taxe sur les médias sociaux, la recherche de VPN sur le moteur de recherche le plus populaire au monde, Google, a explosé en atteignant la valeur maximale ‘100’ au cours des dernières heures. Selon Google, entre le 24 juin et le 29 juin, la recherche de VPN n’était pas allée au-delà de la valeur de recherche de Google, soit 5. En fait, au 24 juin à 7h du matin, il y avait ‘0’ recherche. Les VPN masquent l’emplacement exact de l’utilisateur et permettent ainsi de contourner facilement le blocage.

Les compagnies de télécommunications (MTN, Airtel et Africell) ont annoncé dans un communiqué que les internautes devront payer 200 shillings par jour et par utilisateur pour accéder aux réseaux sociaux.

Twitter, Facebook, Instagram ont été éteints par les télécoms ce 1er juillet à minuit. La première fois que les Ougandais ont massivement utilisé le VPN, c’était en 2016 lors des élections présidentielles après que le gouvernement ait bloqué les médias sociaux dans le pays.

La toile ne manque jamais d’humour

Ça c’est une particularité propre à la toile. Les internautes trouvent toujours de quoi amuser la galerie dans chaque situation. Ici, j’essaie de vous traduire les déclarations amusantes sur lesquelles je suis tombé et qui m’ont marré.

1. Ok, vous ne pouvez pas ajouter les 200 shillings sur le prix du sucre et laisser Internet en paix?

https://twitter.com/genoeric1/status/1013397033993064451

2. L’Ouganda n’est plus Wakanda, elle est Jumanji #SocialMediaTax

3. Je n’arrive pas à croire comment certains députés qui ont appuyé l’imposition des médias sociaux téléchargent aussi des VPN

https://twitter.com/Andrewmatsiko2/status/1013318083753185280

4. Les gars arrêtons de parler des VPN et prétendre que nous avons payé la taxe. Comme ça Museveni et ses crétins peuvent commencer à se battre entre eux à la recherche de qui a volé l’argent #socialmediatax

https://twitter.com/wyclif_henry/status/1013305358876594178

5. Payer des impôts à un gouvernement corrompu n’est pas patriotique, c’est de l’esclavage.

6. Je vois des gens en ligne mais pas encore d’argent, que se passe-t-il? #SocialMediaTax

https://twitter.com/_mwes/status/1013176329490108416

La maison de la femme de Goma aide les Congolaises à s’émanciper

Le statut de la femme est en train de changer, mais cela ne va pas toujours dans le bon sens. C’est en tout cas le constat que j’ai par rapport à la journée internationale des droits de la femme. Je suis sur que mon avis sera partagé par plus d’un.

droits-de-la-femme-journee-internationale

Des femmes qui défilent à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme.
Photo : Flickr, réutilisation autorisée

Par Jean-Fraterne Ruyange

En cette journée, ma plume a été saisie de rage et ne cherchait qu’à exprime le dégoût que j’ai pour cette journée. Oui, je suis dégoûté en voyant toutes ces femmes vivant dans ma société en tant que femmes et dont on se rappelle l’existence que dans une seule journée durant toute l’année. Ces femmes qui sont exaspérées de tout faire, ces femmes violentées, ces femmes étouffées par le sexisme…

Mise en lumière

Je rêve d’un monde où on aura pas besoin de braquer la lumière sur les femmes pour se rendre compte de leur existence. Ce qui ne veut pas dire que je suis contre la célébration de la journée des droits de la femme. Cependant, tout en m’insurgeant contre les anti-valeurs liés à cette journée, je suis conscient de la valeur de sa célébration, encore plus de l’émancipation de la femme.

La seule chose que je soutienne est donc le fait que la plupart des femmes ne se rendent pas compte de l’urgence de repenser les méthodes de la célébration de cette journée du 8 mars. Comme le dit bien sa dénomination : « Journée Internationale des Droits de la femme », cette journée n’est pas à bourrer par des artifices sournois, des discours aléatoires et des agissements impubères.

Pour la grande partie des femmes de Goma, la date du 8 mars se résume au port des pagnes, aux sorties ambiantes entre femmes pour se divertir – par la musique, la danse et les boissons – et bien plus pour pervertir.

La Maison de la femme, ma consolation

Une des rares initiatives du gouvernement au profit de la société, la Maison de la femme de Goma, est un service du ministère du genre, famille et enfants. Ici, en cette date, il a été question de rappeler à la femme son rôle économique dans un monde en rapide mutation.

Au cœur du discours de cet espace gouvernemental, l’urgence de l’autonomisation de la femme, qui favorise son émancipation. La maison de la femme encadre les femmes en mettant en pratique ce que la professeure Christine Lagarde appelle les 3 L de l’autonomisation des femmes : « Learning, Labour and Leadership ».

Pour ce qui est du Learning, la maison de la femme estime que l’éducation est le fondement même du changement. Parmi les valeurs qui sont inculquées aux femmes, nous avons l’amour du travail et l’envie d’aller de l’avant.

Quant au Labour, la maison de la femme vise à alléger fardeau de la femme qui porte le poids du monde sur ses épaules en la sortant de la pauvreté. Pour renforcer la capacité d’autofinancement de la femme, par le biais des Organisations internationales, la maison de la femme accorde des micro-crédits pour soutenir leurs activités génératrices de revenu.

Pour finir avec le dernier L qui est celui du Leadership, l’idée est de sortir la femme de cette conception « ménagériale » qu’elle lie à son essence. Le but ici étant la célébration de la femme d’influence, ce dernier L est utilisé pour rappeler à la femme qu’elle a le pouvoir d’influence, qu’elle peut être un agent de changement, qu’elle a la capacité de rassembler. Ce qui a permis aux femmes qui ont évolué dans cette structure gouvernementale de retrouver, nourrir et célébrer des valeurs telles que l’authenticité, l’empathie, l’intuition, la créativité, la bonté, le partage et la paix.

Voilà en quelque sorte les piliers sur lesquels repose l’action de la Maison de la femme, convaincue que l’émancipation de la femme ne dépend que de sa capacité à se prendre en charge.

Quand l’église devient la bête noire du pouvoir de Kinshasa

Après le cardinal MOSENGWO, archevêque de Kinshasa, c’est le cardinal EKOFO, évêque de l’ECC (Église du Christ au Congo), le plus important regroupement d’Églises protestantes en RDC, qui a pris à parti les politiques congolais. Dans cet article collectif, nous vous présentons la lecture de 4 blogueurs de la #Blogoma, (Blogosphère gomatracienne), faite sur cette situation.

Eglise-catholique-mediocre-ekofo-mosengwo

Cathédrale de Kisangani
Photo: Wiki commons

 

Textes compilés par Jean-Fraterne Ruyange

Dans mon texte, je vous présente le synopsis du film retraçant la galère de la Majorité Présidentielle face à l’évêque protestant :

En « guerre déclarée » contre l’Église catholique, les politiques de la RDC se sont réfugiés chez les protestants pour honorer la mémoire des héros nationaux Laurent-Desiré Kabila et Patrice-Emery Lumumba. Par surprise, ici aussi l’orage a frappé. Les cieux se sont assombris pour la famille politique de Kabila, comme si la trajectoire d’un ouragan qui ne cherchait qu’à s’abattre sur elle était à ses trousses.

En trébuchant sur Mosengwo, la Kabilie est tombé sur un EKOFO faisant de son homélie en une excellente leçon de patriotisme. Avec des mots clairs et sans détours, telles des claques pour remettre les neurones de la classe politique en place, l’évêque protestant a donné un contenu magistral à l’adjectif « médiocre ».

Cette vérité sortie nue du puits était de nature à mettre à plat les batteries de la MP. Après la défaillance de l’opposition et des mouvement citoyens, la révolution tant attendue en RDC viendra-t-elle finalement de l’église ?

La révolution viendra t-elle de l’Église? s’interroge Innocent Buchu

L’attachement de l’Église au Peuple congolais est visiblement une réalité souhaitée. un besoin, une illumination, un trajectoire de la lumière vers un pays plus beau qu’avant. Les beaux et longs discours des politiciens sont obsolètes. Même sans microscope on sait reconnaître que le peuple n’a plus confiance en eux. C’est normal, lentement, péniblement le peuple a tout compris.

Ils ont signé l’accord et n’ont pas eu le temps ni le courage de l’expliquer au peuple. Les politiques ont faillis à leur mission, les mouvements citoyens sont aussi abattus. Ils dispersent leur énergie dans des luttes aux buts partagés pour finir en « bagatelles ». La situation politique de la RDC inquiète jusqu’à réveiller même les plus mous et le plus dociles. « Seul qui ne vit pas au Congo peut se taire »! L’Église vient ménager le village à fin d’être au milieu comme il se doit.

Toutes ces phrases qui tourmentent la quiétude du pouvoir étaient imprévisibles surtout venant de la part de l’ECC. C’est en tremblant que les membres de la MP présents dans la messe ont reçu la parole édifiante du Monseigneur EKOFO. C’est un combat, une lutte pour la lumière et la vérité. Un bon exemple de la non violence, il ne suffit pas de le dire mais de le vivre.

La constitution, l’accord, la Bible c’est pareil! On ne libère pas un peuple, le peuple se libère !

De sa part, Blaise Ndola n’appuie pas cette confusion qui vient s’imposer entre « foi » et « positionnement politique » :

Je voudrais plutôt appeler ici à dissocier la « foi » des couleurs politiques ou bien le positionnement politique au pays actuellement. Il est évident que le comité de coordination des Laïcs, une institution reconnue au sein de l’Archidiocèse de Kinshasa, était la première institution à caractère religieuse à se lancer ouvertement sur ce terrain au travers de l’opération « Trompette de Jéricho » lancée en collaboration avec certains mouvements citoyens. Toute l’église catholique, à travers ses différentes diocèses et paroisses, n’avait pas suivi ce mot d’ordre. Je me rappelle même des propos du Monseigneur Marcel UTEMBI, président de la CENCO et Archevêque de Kisangani, qui avait dit que les réalités se diffèrent pour chaque diocèse et que chez lui à Kisangani les cloches n’allait pas sonner.

Dire ici que le positionnement par rapport à la situation politique actuelle du pays était liée à l’appartenance à une quelconque foi ne serait pas logique. Tous les catholiques n’ont pas la même position quant à ce. Récemment, le Monseigneur Jean-François EKOFO, lors de la messe en mémoire des héros nationaux a aussi pris position en dénonçant même l’inexistence de l’État au Congo.

Dans son camp, appelé le camp des protestants, il est aussi loin de faire l’unanimité. Certains pasteurs des églises dits « de réveil » continuent d’apporter leur soutien indéfectible aux actuels autorités du pays. Il ne serait pas donc question de « foi » mais plutôt une question de perception personnelle de la situation. Sans oublier que les dits responsables des églises qui prennent position, influencent plus d’un de leurs fidèles.

Chez les catholiques comme chez les protestants, les propos des leaders religieux ne sont pas encore unanimes. Aussi, les deux grands regroupements religieux majoritaires au pays ne sont pas les seuls. D’autres regroupements religieux jusqu’à preuve du contraire soutiendraient encore le régime en place.

Dans son texte, Bienfait Akilimali, quant à lui, trouve la voie de sortie dans ce virage de l’activisme du civil à l’activisme religieux :

De l’huile sur le feu. Entre majorité et opposition, l’église a fait son choix. Après que les anti-Kabila dans toutes leurs couleurs (RASSOP; mouvements citoyens, société civile) aient essayé, en vain, toutes les démarches pour mener à l’alternance démocratique, c’est bien le tour des confessions religieuses. De l’activisme « civil » à l’activisme « religieux »; ne serait-ce pas une voie vers la solution ?

Les hommes de Dieu (évêques et pasteurs) vexés par « la mauvaise foi » du pouvoir manifestent leur dégoût. Désormais ils ne loupent pas l’occasion d’exprimer leur engagement aux coté du peuple chaque fois que les yeux et les oreilles se tendent vers eux. C’est, sans nul doute leur nouvelle stratégie. Ils estiment qu’il est temps que le pouvoir soit rendu au souverain premier, le peuple, pour qu’il se choisisse d’autres représentants pour le bien de tous.

L’élection est hellène, la répression est nègre

L’avenir de l’Afrique ne sourit pas à la démocratie. Il est clair que le casse-tête autour des élections est la preuve la plus tangible de l’incompatibilité entre nos us et coutumes et la démocratie.

arrestation-arbitrale-repression-manifestation

Arrestation brutale en marge d’une manifestation à Kinshasa contre le pouvoir de Joseph Kabila (Photo d’illustration). © AA/Pascal Mulegwa avec son aimable autorisation

Par Jean-Fraterne Ruyange

Chaque fois que je me pose la question de savoir si les pays africains sont démocratiques, je tombe dans l’embarras. J’observe ce qui se passe à l’occident lorsqu’on y parle de la démocratie : la liberté d’expression, l’alternance au pouvoir, l’indépendance du pouvoir judiciaire et toutes les valeurs qui y sont liées. Je me demande ce qu’il nous faut pour enfin apprivoiser ces valeurs qui promeuvent la paix, assurent le développement, raniment l’espoir…

Tout ce que la démocratie a de positif ne se vit pas dans la plupart des pays africains. Mis à part une dizaine des pays, dont la Tunisie, le Ghana, le Cap-Vert, l’Afrique du Sud et la Tanzanie, où les délais constitutionnels sont observés, la démocratie met à feu et à sang le reste du continent noir. Comment y parler de la démocratie ?

D’ailleurs, c’est quoi la démocratie?

Si, pour Abraham Lincoln, « la démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple », en Afrique il convient de parler d’une démocratie de façade, une démocratie caricaturée.

« Le peuple étant le souverain primaire, il exprime sa volonté à travers la constitution puis lègue sa souveraineté à une poignée de personnes qu’il se choisit pour exercer cette souveraineté, car tous les citoyens ne peuvent l’exercer au même moment. » En tout cas, c’est ce que je pense être la démocratie sous d’autres cieux, sauf dans le berceau de l’humanité.

Est-ce alors le peuple africain qui ne sait pas exprimer sa volonté ou est-ce dans la nature de ses dirigeants de conserver les attributs vétustes du pouvoir que sont la divinité et la sacralité ? Si ce n’est pas ça, qu’est-ce qui expliquerait la monstrueuse dénaturation de la démocratie qui donne à nos jours « le pouvoir du plus fort, par le plus fort et pour les plus forts » ?

La liberté est morte, vive la répression

Une démocratie sans piliers, je ne sais pas si s’en est une. Bouches muselées, médias scellés, libertés bafouées, élections simulacres ou simplement inexistantes. Après le vent des indépendances des années 60 et le vent des démocraties des années 90, maintenant c’est le vent des répressions qui souffle sur le continent noir.

Après les échauffourées au Kenya, où on a assisté à l’annulation des élections présidentielles pour la toute première fois en Afrique, aujourd’hui c’est en République Démocratique du Congo et au Togo où on assiste à des soulèvements des masses.

Les faits ne sont pas que récents, le maintien au pouvoir en 2015 de Pierre Nkurunziza a coûté la vie de plus 2000 Burundais. Les Burkinabés, quant à eux, bien qu’ils aient pu faire partir Blaise Compaoré par les émeutes de fin octobre 2014, on a dénombré plus de 100 blessés et une trentaine des pertes en vies humaines. Et la liste n’est pas exhaustive…

Les urnes, mythe ou cauchemar ?

Certes, il arrive que les pays africains fassent parler les urnes mais ce n’est toujours pas la volonté du peuple qui en ressort comme résultat. Les élections ne sont rien d’autre qu’un moyen de légitimer un pouvoir spolié et arraché au peuple.

Comme Ali Bongo, le président gabonais, l’a dit en 2005 : « En Afrique, on n’organise pas les élections pour les perdre. »

La souveraineté du peuple se trouve donc confisquée par ceux qui détiennent les moyens de contrainte : les forces de défense et de sécurité (armée, police) et l’argent du contribuable (achat des consciences).

Le peuple ne trouve aucun compte dans tout cela. Sa souveraineté n’est plus qu’escroquerie. Il n’a délégué personne et personne ne lui rend aucun compte. On comprend alors que la démocratie n’est pas le système politique qui convient aux Congolais.

A quoi bon se battre jour et nuit pour une démocratie qu’on ne saura pas adopter ou pour des élections qui ne vont apporter aucun changement ? La kyrielle de journées villes mortes et manifestions que nous impose la démocratie ne fait que nous détourner des vrais défis que nous devrions relever. Aujourd’hui, nous ne savons pas voir combien toute l’Afrique avance à reculons, combien l’économie de la plupart de nos pays est aux abois…

A lire aussi ===> La descente aux enfers de l’économie congolaise