L’élection est hellène, la répression est nègre

L’avenir de l’Afrique ne sourit pas à la démocratie. Il est clair que le casse-tête autour des élections est la preuve la plus tangible de l’incompatibilité entre nos us et coutumes et la démocratie.

arrestation-arbitrale-repression-manifestation

Arrestation brutale en marge d’une manifestation à Kinshasa contre le pouvoir de Joseph Kabila (Photo d’illustration). © AA/Pascal Mulegwa avec son aimable autorisation

Par Jean-Fraterne Ruyange

Chaque fois que je me pose la question de savoir si les pays africains sont démocratiques, je tombe dans l’embarras. J’observe ce qui se passe à l’occident lorsqu’on y parle de la démocratie : la liberté d’expression, l’alternance au pouvoir, l’indépendance du pouvoir judiciaire et toutes les valeurs qui y sont liées. Je me demande ce qu’il nous faut pour enfin apprivoiser ces valeurs qui promeuvent la paix, assurent le développement, raniment l’espoir…

Tout ce que la démocratie a de positif ne se vit pas dans la plupart des pays africains. Mis à part une dizaine des pays, dont la Tunisie, le Ghana, le Cap-Vert, l’Afrique du Sud et la Tanzanie, où les délais constitutionnels sont observés, la démocratie met à feu et à sang le reste du continent noir. Comment y parler de la démocratie ?

D’ailleurs, c’est quoi la démocratie?

Si, pour Abraham Lincoln, « la démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple », en Afrique il convient de parler d’une démocratie de façade, une démocratie caricaturée.

« Le peuple étant le souverain primaire, il exprime sa volonté à travers la constitution puis lègue sa souveraineté à une poignée de personnes qu’il se choisit pour exercer cette souveraineté, car tous les citoyens ne peuvent l’exercer au même moment. » En tout cas, c’est ce que je pense être la démocratie sous d’autres cieux, sauf dans le berceau de l’humanité.

Est-ce alors le peuple africain qui ne sait pas exprimer sa volonté ou est-ce dans la nature de ses dirigeants de conserver les attributs vétustes du pouvoir que sont la divinité et la sacralité ? Si ce n’est pas ça, qu’est-ce qui expliquerait la monstrueuse dénaturation de la démocratie qui donne à nos jours « le pouvoir du plus fort, par le plus fort et pour les plus forts » ?

La liberté est morte, vive la répression

Une démocratie sans piliers, je ne sais pas si s’en est une. Bouches muselées, médias scellés, libertés bafouées, élections simulacres ou simplement inexistantes. Après le vent des indépendances des années 60 et le vent des démocraties des années 90, maintenant c’est le vent des répressions qui souffle sur le continent noir.

Après les échauffourées au Kenya, où on a assisté à l’annulation des élections présidentielles pour la toute première fois en Afrique, aujourd’hui c’est en République Démocratique du Congo et au Togo où on assiste à des soulèvements des masses.

Les faits ne sont pas que récents, le maintien au pouvoir en 2015 de Pierre Nkurunziza a coûté la vie de plus 2000 Burundais. Les Burkinabés, quant à eux, bien qu’ils aient pu faire partir Blaise Compaoré par les émeutes de fin octobre 2014, on a dénombré plus de 100 blessés et une trentaine des pertes en vies humaines. Et la liste n’est pas exhaustive…

Les urnes, mythe ou cauchemar ?

Certes, il arrive que les pays africains fassent parler les urnes mais ce n’est toujours pas la volonté du peuple qui en ressort comme résultat. Les élections ne sont rien d’autre qu’un moyen de légitimer un pouvoir spolié et arraché au peuple.

Comme Ali Bongo, le président gabonais, l’a dit en 2005 : « En Afrique, on n’organise pas les élections pour les perdre. »

La souveraineté du peuple se trouve donc confisquée par ceux qui détiennent les moyens de contrainte : les forces de défense et de sécurité (armée, police) et l’argent du contribuable (achat des consciences).

Le peuple ne trouve aucun compte dans tout cela. Sa souveraineté n’est plus qu’escroquerie. Il n’a délégué personne et personne ne lui rend aucun compte. On comprend alors que la démocratie n’est pas le système politique qui convient aux Congolais.

A quoi bon se battre jour et nuit pour une démocratie qu’on ne saura pas adopter ou pour des élections qui ne vont apporter aucun changement ? La kyrielle de journées villes mortes et manifestions que nous impose la démocratie ne fait que nous détourner des vrais défis que nous devrions relever. Aujourd’hui, nous ne savons pas voir combien toute l’Afrique avance à reculons, combien l’économie de la plupart de nos pays est aux abois…

A lire aussi ===> La descente aux enfers de l’économie congolaise

Congolais, debout !

Toi qu’on froisse, toi qu’on percute, toi qu’on agace, toi qu’on tracasse, toi qu’on harcèle, toi dont le désespoir brouille l’avenir, c’est à toi que je m’adresse.

congolais-elections-repport-rdc

Des Congolais fuyant la guerre

Par Jean-Fraterne Ruyange

Congolais, où es-tu ?

Pour que ce soit les autres qui parlent en ton nom, pour que ce soit les autres qui se battent à ta place dans un combat qui n’est pas la leur ? Pourquoi recherches-tu encore de la chaleur sous tes couverts alors que le mépris, l’insolence et la duperie sont les plats dont on nourrit ta patience ? – Ou, disons mieux, ta nonchalance –. Lasse-toi d’assouvir ta patience par les promesses de ces fines mouches car elles ne sont qu’illusoires. Réveille-toi de ton sommeil, sors de ce cauchemar…

Congolais, que penses-tu ?

Quand La Fontaine dans ces fables dit: « Selon que vous soyez puissants ou misérables, les jugements des cours vous rendront noirs ou blancs ». A toi de décider d’être l’âne, et être responsable de la peste, juste pour avoir brouté de l’herbe sans permission ; ou d’être le loup et manger force mouton, sans que cela ne soit menaçant. Et pourquoi pas le lion pour arracher la paix, la tranquillité et la démocratie des mains de ces vautours, ces messagers de malheur qui flirtent avec la mort, qui l’ont pris en otage ?

Souviens-toi, le lion ne négocient pas, il ne se fait pas prier pour avoir sa proie. Il l’arrache par son rugissement. Congolais, qui t’a muselé ? Rugis !

Congolais, que fais-tu ?

Tu vénère la misère qui t’accable, tu plies sous le joug de l’abnégation, tes enfants meurent de faim. Tu ne réagis toujours pas ? Ériges ta bravoure en bouclier de résistance, dresse ta dignité devant toi pour tenir à l’écart la sournoiserie de l’ennemi qui t’asservit et la manipulation du frère qui se joue de toi. Sois responsable devant ta destinée, ne démissionne pas de ton devoir citoyen.

Congolais, vois-tu ?

Ou tu es simplement aveugle pour ne pas voir la réalité flagrante qui s’affiche devant tes yeux. Si les contours et l’ampleur de l’atrocité et de la barbarie que vivent tes frères et sœurs sur l’ensemble du territoire national ne dérangent pas ta quiétude et ton âme, tu es un citoyen perdu. Ta nation, tu vas la perdre aussi. Que peut-on espérer de toi ?

Congolais, tu es là ?

Prends ton pouvoir, tant que tu demeureras enfantin, libertin pour rester là à t’apitoyer sur ton sort au lieu de te libérer, contre vents et marrées, rien ne va s’améliorer, tout restera dramatique.

Congolais, que veux-tu ?

Si vouloir c’est pouvoir, tu dois d’abord y croire. Agis pour redorer ton histoire, pour inspirer ta postérité, pour leur léguer un héritage louable et prospère. Brave le froid, la faim et la soif, lève-toi, débout, pour combattre l’injustice.

Débout pour dénigrer la haine, dénoncer la violence, d’où qu’elle vienne, contrecarrer le népotisme et le tribalisme. Tu veux vivre ? C’est simple : Tu dois combattre. Je ne te demande pas de combattre pour mourir mais, plutôt, de combattre contre la mort, de combattre pour ta survie.

Congolais, courage !

Oui, il faut que tu prennes courage en ce temps où ton pays est dans un chaos total. Si tu sème la nonchalance, tu ne récolteras que l’insolence et la grossièreté de ceux qui dirigent ton pays.

Tu le sens déjà, cela te parait en fin claire. La démocratie que tu veux, les élections que tu espères, c’est une pluie qui ne peut couler que grâce aux nuages que tu auras provoqué. Ne te confie pas à la météo de la CENI (Commission Électorale Nationale Indépendante) car depuis 2016, c’est la troisième fois qu’elle donne des prévisions qui s’avèrent aussi truquées. Et si tel n’est pas le cas, son baromètre serait en panne.

Lassé ? Nous le sommes tous mais cette guerre, nul ne peut la gagner seul. Mettons-nous tous débout pour nos droits et ceux de nos enfants. Nous lamenter ne nous rendra aucun service. Nous avons besoin de toi, la nation a besoin de toi, joints-toi à nous, bats-toi pour ces jours heureux que tu veux pour tes enfants, rugis pour arracher ce qui te revient de droit.

Il est temps, Congolais, rugis !