L’amour est mort

Accepter que ce ne soit pas toi
M’a embrasé le cœur d’émoi
Ces larmes
Et ce chagrin qui m’assomment
Ne sont que des symptômes
Des lésions de mon âme.

Et dire que nos chemins se séparent
Désormais
Que ma route ne sera jamais pas pavée
Par le charme de ton sourire
Et les étincelles de ton regard
M’estropie de la félicité.

Savoir qu’aux temps de nos rides
Tu seras bercé dans les bras d’un autre
Qu’avec lui tu ne feras qu’une chair
Et que je n’aurai pas de compagne
Dans mes ballades
Ne fera que m’affermir dans la peine.

J’accepte qu’il n’y ait jamais de nous
Sans renoncer à cette vive flamme
Qui a su incendier mes sentiments
Jamais, j’en fais le serment
Je ne laisserai personne prendre ta place
Car, dans mon cœur,
L’amour est mort.