La légende des mines de Walikale

Sharing is caring!

Cette légende, jusqu’avant-hier, je ne la connaissais vraiment pas. J’en n’avais jamais entendu parler ni raconter. Il se trouve que tous les griots que j’avais rencontrés avant en étaient moins informés. Cependant, ce n’est que suite à la mort d’un oncle, paix à son âme, que j’ai découvert cette légende sur les minerais de Walikale, juste hier.

Mines de Walikale

Photo : Monusco

Par Jean-Fraterne Ruyange

Une drôle de légende

Dès qu’elle est tombée à mes oreilles, elle a excité ma curiosité qu’il fallait à tout prix que je découvre comment elle est née. Comme un endroit de deuil est un endroit de regroupement, les causeries sur des sujets suscitant la curiosité y naissent très souvent. Le plus sensé pour moi a été alors de m’improviser dans une étrange discussion sur des personnes qui auraient des pierres précieuses dans leur corps. Après une suite des questions que j’ai posé là-dessus, c’est quelque chose d’incroyable qui m’a été raconté :

« Travailler longtemps dans les mines change l’anatomie des hommes, les os du squelette se transforment en minerais. »

Voilà ce que dit cette légende. Mais comment les gens ont-ils pu arriver à cette conclusion  chimérique ?

La mort au centre de cette légende

Selon ce qui m’a été raconté, cette légende ne date vraiment pas de très longtemps. Elle serait née entre les années 1980 et 1990 et continu à faire mouche jusqu’à présent. Elle est née en réponse à un phénomène inquiétant qui s’observe dans les mines de ce territoire du Nord-Kivu, une des 26 provinces de la RDC.

En effet, tous les hommes qui vont s’engager dans l’exploitation des minerais à Walikale ne reviennent plus. Ils y meurent, si pas tous, en grande partie vraiment. C’est ainsi que la légende dit :

« Ces hommes qui travaillent dans les mines de Walikale n’ont pas d’os. En vivant dans les mines, leur corps se métamorphose et leurs os deviennent aussi des minerais. C’est ce qui fait qu’ils se sentent liés à cette vie-là et qu’ils ne peuvent faire marche arrière, aller retrouver leur famille ou revenir à leur vie d’avant. Quand ils meurent, ils sont enterrés dans les mêmes mines et dès que leurs corps se décomposent, ils laissent place aux nouveaux minerais»

Le géo-scandalisant

Oui, c’est vraiment scandalisant que de voir d’une personne partie depuis plus de 10 ans ne revenir qu’une nouvelle annonçant sa mort. Un deuil sans dépouille, une femme veuve, des enfants orphelins, voilà le vrai scandale familial que produisent nos minerais. Si la RDC est qualifié de scandale géographique, Walikale quand à lui est un scandalisant familial. Je me demande comment ces hommes peuvent avoir des mains libres et fortes pour extraire des minerais mais pas suffisamment libres pour en jouir avec leurs familles. Bien d’autres scènes obscènes liées à l’exploitation des minerais à l’Est de la RDC sont illustrées dans le film « Du Sang dans nos portables ». Même si cette légende ne s’écarte pas trop du mode exogène de formation des minerais, une question perdure : entre les mines et les hommes, qui exploite qui ?

Et la légende continue…

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*