Journée Mondiale de la Paix : les groupes marginalisés des femmes haussent le ton à Goma, RDC

Sharing is caring!

Le 21 Septembre de chaque année, le monde entier observe la journée internationale de la Paix, une occasion d’évaluer la situation sécuritaire pour les pays qui n’ont jamais ce qu’est la paix comme la RDC. En ce jour, c’est l’USAID, à travers son programme SPR qui a donné aux groupes marginalisé de Goma, une ville à l’est de la RDC, l’occasion de dire ce qu’ils pensent du processus de paix au pays.

groupes-marginalises-albinos-paix

Une femme albinos prennant la parole lors de la journée internantionnale de la paix célébrée à Goma

Je n’ai pas été surpris de voir qu’ils se sont tous accordés en réduisant la paix à la cohésion sociale. Pour ces groupes marginalisés des femmes, dont celles vivant avec VIH, les albinos, les handicapées, les femmes des militaires et les pygmées, il y aura toujours des conflits et le déséquilibre social tant qu’il n’y aura pas réduction de l’écart entre différents membres de la société.

Ces femmes dites des groupes marginalisés en ont profité pour hausser la voix pour affirmer que « lutter pour la paix c’est lutter contre les inégalités sociale ». Dans cet article, je me propose donc de vous partager leurs préoccupations en tant que femmes marginales.

  1. Fememes PVV(Vivant avec VIH)

« Zéro discrimination, zéro contamination, zéro mort » reste un slogan « vide d’impact » selon ses femmes. Elles estiment que leur voix restera le moteur qui fera avancer la riposte au sida et la source d’une transformation sociale plus profonde pour accéder à l’égalité des sexes et à la justice sociale.

Elles estiment que si elles demeurent vulnérables dans la société c’est parce que le mot sida reste très stigmatisant. Ce qui fait qu’elles soient davantage confrontées à la solitude, avec un risque de dépression et de tentatives de suicide. Mis à part cet aspect, elle recommande au gouvernement de leur favorise l’accès à tous les médicaments antirétroviraux et à les accompagner dans le combat contre les nombreux préjugés sur cette maladie.

journée-internationale-paix-goma-usaid

Quelques femmes présentes à la célébration de la journée internationale de la paix

  1. Les femmes albinos

Les femmes albinos font face à de nombreux problèmes. Elles sont menacées par le soleil à cause de la fragilité de leurs peaux. Mais aussi, elles sont traumatisées par leur état physique. Elles demandent à la société de les soutenir car, pour qu’elles aient let vivent en paix, elles doivent jouir des mêmes droits que les autres personnes. Pour elles, la paix jaillit du cœur et c’est là où il donc construire la paix.

En plus d’être discriminée, une femme albinos est sous menace d’être tuée. Dans certains coins du pays, des gens mal informés sont convaincus que certaines parties des albinos en général et des femmes albinos en particulier portent bonheur surtout chez les commerçants. Par conséquent, ces gens vont à la chasse des familles qui ont un membre albinos pour le tuer. Mais en réalité, « ce n’est que la méchanceté des gens car tous les hommes naissent égaux et ont les mêmes droits, y compris le droit à la vie », affirment les femmes albinos.

  1. les handicapées

« Les femmes handicapées subissent beaucoup plus de violences que les femmes valides », clament-elles. Elles assurent être exposées à plusieurs sortes de délaissement. Elles se demandent comment le gouvernement peut imposer des taxes aux femmes handicapés qui font le petit commerce.  Elles ne comprennent pas non plus comment il leur faut « présenter un certificat d’aptitudes physiques pour avoir du travail alors qu’ils n’ont pas de problèmes mentaux? ».

  1. les femmes des militaires

Les revendications des femmes des militaires se sont articulées autour d’un aspect: le salaire de leurs maris. « Pour ces héros qui sont prêts à mourir pour la patrie, un salaire de 30.000 francs congolais (environ 20 dollars US) n’est pas signifiant », protestent-elles. Elles poursuivent en disant que si leurs  » maris sont pointé du doigt dans les affaires des vol, pillages et autres c’est suite au traitement médiocre qu’ils subissent alors qu’ils ont à leur charge des familles qui ont jusqu’à 12 enfants pour certains.

  1. les pygmées

Pour les femmes pygmées, la priorité a été de demander au gouvernement de leur faciliter l’accès à l’éducation et aux soins de santé de qualité. Elles se disent prêtes à affronter la vie moderne suite à l’évolution du monde. Les femmes pygmées veulent posséder la même valeur humaine que les autres peuples.

Le problème le plus grave auquel sont confrontés les Pygmées est la non-reconnaissance de leurs droits territoriaux de chasseurs-cueilleurs auquel s’ajoute le déni de leur statut de peuple indigène. Sans droits reconnus au niveau national sur les forêts dont ils dépendent, des étrangers ou l’Etat mettent parfois la main sur leurs terres sans barrière légale et sans leur verser de compensation.

Elles pensent avoir déjà perdu leur ancien mode de vie. Maintenant elles veulent  » s’installer en ville dans des maisons en briques et pouvoir donner une éducation à leurs enfants. »

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *